Bibliographie

Un album photo
réalisé pour les 100 ans
de la naissance de l'auteur

Omraam Mikhaël Aïvanhov - Album Photos

Ajouter


Une des biographies les plus complètes

La vie d'un Maître en occident - Louise-Marie Frenette

La vie d'un Maître en occident - Louise-Marie Frenette

Ajouter


Un témoignage magnifique
de la vie de l'auteur
par celle qui l'a accueilli en France en 1937

Vie et Enseignement en France du Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov

Ajouter


Par Pierre Renard, un témoin fidèle
de la première heure

Un maître spirituel - Images d'espoir (Pierre C. Renard)

Ajouter


La vision de Georg Feuerstein
grand spécialiste américain de yoga
et historien des religions d'Inde

Le Mystère de la Lumière par Georg Feuerstein

Ajouter
Biographie

Biographie descriptive

Né le 31 janvier 1900 à Serbtzy en Macédoine, Omraam Mikhaël Aïvanhov a vécu par la suite à Varna en Bulgarie. Sa jeunesse se passa dans des conditions difficiles : la perte de son père, la pauvreté, l’instabilité et les guerres furent pour lui autant d’occasions de développer sa volonté, d’approfondir ses connaissances spirituelles et de renforcer son amour et son désir d’être utile à toute l’humanité.

A 17 ans, Omraam Mikhaël Aïvanhov rencontra Peter Deunov, maître bulgare fort bien connu à l’époque en Bulgarie et dont le renom avait de loin dépassé les frontières de ce pays. Pendant une vingtaine d’années, les échanges entre le maître et le disciple furent abondants et intenses.

Après des études universitaires, Omraam Mikhaël Aïvanhov devint professeur puis directeur de collège. Parallèlement, il suivit assidûment l’enseignement de Peter Deunov. Lecteur assidu d’ouvrages de spiritualité, il expérimenta sur lui-même les vérités spirituelles entendues auprès de son maître.

En 1937, pressentant que des troubles politiques entraîneraient l’interdiction de toute association de caractère spirituel en Bulgarie, Peter Deunov demanda alors à son disciple de partir en France afin de préserver et poursuivre son œuvre et de faire connaître cet enseignement tout en le développant pour l’adapter aux nouvelles conditions de société. En dépit des difficultés et des épreuves, il demeure fidèle à la mission qu’il avait reçue et sans relâche donne de manière désintéressée son amour, ses connaissances et son attention à tous ceux qu’il rencontre.

En 1959, après avoir œuvré pendant plus de vingt ans à la tâche confiée par Peter Deunov, Omraam Mikhaël Aïvanhov partit séjourner en Inde et y demeura une année. Il y rencontra le 17 juin 1959 le Mahavatar Neem Karoli Babaji ( ?-1973), dont Yogananda avait dit dans son ouvrage « Autobiographie d’un yogi » que son rôle était depuis longtemps celui d’un guide pour les prophètes et les maîtres. Dans des circonstances sur lesquelles il est toujours demeuré très discret, Omraam Mikhaël Aïvanhov reçut le nom «Omraam».

Lors de ce voyage, il fit de nombreuses autres rencontres. Parmi celles-ci, mentionnons Mâ Ânanda Moyî (1896-1982), swâmi Nîtyananda (1896-1961), Anâgârika Govinda (1898-1985), swâmi Shivananda (1887-1963)

Jusqu’à cette époque, Frère Mikhaël avait refusé d’être appelé Maître par ses disciples. Il s’était toujours considéré lui-même comme un disciple de son propre maître, Peter Deunov. À la suite de ce voyage en Inde, tout changea. Ses disciples, qui le suivaient déjà depuis 22 ans, insistaient pour lui témoigner le respect qui lui était dû et, finalement, il accepta qu’on l’appelle «Maître».

Dates clés biographiques

1900 : 31 janvier, naissance

1907 : printemps, destruction de son village natal et départ pour Varna (Bulgarie)

1908 : octobre, mort de son père

1915 : illumination - il entend la  « musique des sphères »

1917 : hiver, 1ère rencontre avec le maître bulgare
Peter Deunov

1923 - 35 : Sofia, études universitaires - obtention d’un diplôme en psychologie et fréquentation de cours dans différentes facultés

directeur de collège

1937 : juillet, arrivée en France

1938 : janvier, 1ère conférence publique à la Sorbonne à Paris, il traite de « la deuxième naissance ».

juin, 1ère conférence publique à Lyon, il traite de « la galvanoplastie spirituelle »

1944 : 27 décembre, décès de Peter Deunov à l’âge de 80 ans

1945 : 1er groupe fraternel en Suisse, pays où il séjournera fréquemment, notamment en février-mars

Noël, publication du 1er ouvrage, intitulé « Amour, Sagesse, Vérité », avec une introduction de Lanza del Vasto.

1947 : achat de la propriété « Izgrev » à Paris où ont lieu les conférences et rencontres.

1948 : 16 janvier, l'association Fraternité Blanche Universelle est officiellement créée.

21 janvier : arrestation suite à   de fausses accusations

1950 : mars, libération, suivie en 1960 de sa réhabilitation

mi-mars, reprise de contact avec la fraternité à Izgrev.

1953 : Ouverture du 1er Congrès au Domaine du Bonfin, sur la Côte d’Azur (France)

1959 : février - départ pour l’Inde

1960 : février - retour de  l’Inde

1961 à 1985 : fréquents voyages dans le monde entier

- séjours dans divers pays au cours desquels il donna des centaines de conférences

- rencontres avec des chefs religieux et spirituels de haut rang

- milliers de rendez-vous privés

1972 : parution du 1er volume des Œuvres complètes

1986 : dernière année passée au   domaine du Bonfin (Var - France)

25 décembre, décès au Domaine du Bonfin




A 11 ans, avec sa mère et son frère
A 11 ans, avec sa mère et son frère


Peter Deunov au centre, Omraam Mikhaël Aïvanhov (alors Mihail Ivanov) sur sa droite
Peter Deunov au centre,
Omraam Mikhaël Aïvanhov
(alors Mihail Ivanov) sur sa droite


A l’arrivée en France
A l’arrivée en France


1959 - avant de partir en Inde
1959 - avant de partir en Inde


1960, Au retour de l’Inde
1960, Au retour de l’Inde



Pays visités lors de ses voyages

Allemagne
Angleterre
Bulgarie
Canada
Ceylan
Egypte
Espagne
Etats-Unis (Californie, Floride, Texas, New York, Washington D.C.) ainsi que les Caraïbes et Hawaï
Éthiopie
Finlande
Grèce
Hollande
Hong-Kong
Inde
Israël
Italie
Japon
Liban
Maroc
Norvège
Suède
Suisse
Thaïlande
Yougoslavie

________

Généralement, il passait la fin de l’année et le début de la nouvelle année à Paris au Centre d'Izgrev.

Il se rendait ensuite en Suisse au Centre de Vidélinata, sur les hauts de Vevey pendant plusieurs semaines en février et mars, et ce jusqu’en 1981.

Pour la période de Pâques, il allait au Domaine du Bonfin (France) où il séjournait également pendant les mois d’été (juillet-septembre).

En  automne, il se retirait dans les Pyrénées (France), au lieu-dit Trassoulas.





... page précédente page suivante ...