Parents, éducateurs,
voici une sélection de pensées pour vous inspirer :


Avant la naissance de l'enfant, ses parents peuvent déjà le protéger et l’éduquer

 Il est important que, bien avant sa naissance, les parents consacrent à Dieu, ou tout au moins à un haut idéal, cet être qui va venir. Par cette consécration ils ne feront pas nécessairement de lui quelqu’un d’exceptionnel, mais ils impriment en lui une marque : ils gravent dans sa matière psychique des sillons qui attireront plus facilement sur lui des courants de forces bénéfiques et détourneront les mauvais courants. La véritable éducation d’un enfant commence avant sa naissance. Voilà pourquoi, c’est bien avant la naissance de son enfant que la mère, en le portant, doit prendre conscience des pouvoirs qu’elle a sur lui. Il ne suffit pas qu’elle aime déjà cet enfant, il faut qu’elle apprenne à utiliser les puissances de l’amour. En pensant à son enfant, elle a la possibilité de projeter son amour jusqu’aux régions sublimes afin d’y recueillir les éléments nécessaires à son développement physique et psychique, et de les lui infuser. (Pensée du 6 avril 2013).

Parlez à votre bébé endormi...

 Pendant que son bébé est endormi, la maman peut se placer auprès de son lit, ou bien le prendre dans ses bras, et là elle lui dit tout doucement: "Mon enfant, je t'aime beaucoup, je pense à toi, je veux que tu deviennes grand, noble, lumineux, divin, que tu sois plein d'intelligence, de force, de pureté, de bonté..." Qu'elle lui parle ainsi de tous ce qu'elle souhaite de meilleur pour lui. Il se peut que certains trouvent cette méthode insensée, mais ceux qui connaissent les grandes lois de l'univers m'approuveront, car ils savent que le verbe est tout-puissant. Même si sur le moment l'enfant ne comprend rien, les paroles de sa maman s'enregistreront dans son subconscient
et elles travailleront sur lui dans le sens où elle a choisi de le diriger. (Extrait du livre "Une éducation qui commence avant la naissance").

La pédagogie de l'exemple

 En général, on attend pour éduquer les enfants qu'ils soient capables d'une certaine compréhension intellectuelle. À ce moment-là on leur donne des explications et on croit que c'est cela l'éducation. Non, d'ailleurs les explications n'ont jamais une grande valeur pédagogique. En pédagogie, la seule méthode vraiment efficace, c'est l'exemple. Montrez concrètement aux enfants ce qu'ils doivent faire, faites-le devant eux et n'expliquez rien. Montrez-leur comment on lave, comment on nettoie, comment on met de l'ordre, comment on prépare le repas... Les enfants sont de petits singes: dès qu'ils vous voient faire quelque chose, ils le font aussi. (Extrait du livre "Une éducation qui commence avant la naissance").

Montrer la réalité du monde invisible

 Sous prétexte de ne pas influencer leurs enfants, il y a des parents qui ont décidé de ne leur donner aucune éducation religieuse. «Nous voulons les laisser libres, disent-ils, c'est eux qui choisiront plus tard.» Eh bien, voilà un très mauvais raisonnement. Évidemment, il y a certaines formes d'éducation religieuse qui briment les esprits, qui rendent les êtres étroits, qui les conduisent à l'intolérance et même au fanatisme, et il faut s'en méfier. Mais enlève-t-on la liberté à des enfants si on leur fait prendre conscience de la réalité du monde de l'âme et de l'esprit? Non, et des enfants qui ont reçu une éducation spirituelle sont mieux armés pour l'existence que ceux qui n'en ont pas reçu. Ils rencontreront les mêmes difficultés, les mêmes obstacles que tous les autres, mais parce qu'ils auront appris à entrer en contact avec le monde divin, dans des conditions où les autres faiblissent, se découragent ou prennent des chemins tortueux, eux au contraire progresseront, s'amélioreront et deviendront pour leur entourage un soutien, une lumière. (Pensée du 12 août 2005).

Les efforts fournis par l'enfant forment son caractère

 Sous prétexte de ne pas les faire souffrir, ce sont souvent les parents qui entretiennent les mauvais penchants chez leurs enfants. Dès qu'ils les voient peiner un peu pour faire ce qu'on leur demande, ils sont troublés et ils interviennent pour leur épargner ces efforts. En réalité, les enfants ont de telles ressources, une telle résistance, qu'ils oublient très vite ces petits désagréments; ce qui leur restera, c'est le sens de l'effort qui contribuera à former leur caractère. Voilà ce qui doit préoccuper les parents. Si, au contraire, ils sont toujours là à surveiller, à s'inquiéter, en disant: "Oh, le pauvre! il ne faut pas le forcer, il ne faut pas qu'il souffre", afin de lui éviter quelques petites peines, ils vont le rendre paresseux, faible, égoïste, capricieux. S'ils aiment vraiment leurs enfants, s'ils sont soucieux de leur bonne évolution, qu'ils les laissent un peu peiner - je dis bien: un peu - et qu'ils souffrent avec eux s'il le faut, en sachant que la véritable éducation, c'est de savoir donner aux enfants le sens de l'effort. (Pensée du 9 septembre 2003).

Ne traitez pas les enfants d'incapables !

  Les adultes n'ont pas encore bien compris comment ils doivent se conduire envers les enfants, et en particulier ils ne sont pas assez attentifs à la façon dont ils leur parlent. Combien de parents et d'éducateurs ne cessent de les traiter d'incapables, de cancres, d'idiots, et les enfants, suggestionnés, hypnotisés, deviennent au bout de quelque temps réellement stupides et incapables. Il faut savoir que la parole est puissante, agissante, et ce que les adultes disent aux enfants peut avoir une très mauvaise inf
luence sur eux, les bloquer, leur faire peur. Pour les rendre obéissants ou les faire rester sages, faut-il vraiment les menacer du loup, du gendarme, du diable ou je ne sais quoi? Toute leur vie, ensuite, ces enfants risquent de se sentir menacés, en danger et ils deviendront névrosés. Il y a beaucoup de choses que les adultes doivent corriger dans leur attitude à l'égard des enfants, sinon ce qu'ils appellent éducation ne sera en réalité que démolition. (Pensée du 2 octobre 2000).

Encourager le désir d'être fort

  Il ne faut pas brimer chez les jeunes le désir d'être forts. Beaucoup d'éducateurs croient que c'est un désir condamnable qu'il faut réprimer. Non, ils doivent au contraire pousser les adolescents à acquérir la force, mais la force qui se trouve dans l'intelligence, dans la douceur, dans la bonté: la force de l'esprit. La bonne pédagogie, c'est donc d'orienter, pas de réprimer, sinon on abîme les jeunes: ils deviendront poltrons, craintifs, chétifs, ils se soumettront à n'importe qui, et ce sera pire! (Extrait du livre "La pédagogie initiatique", Oeuvres complètes - Tome 27).




Pour approfondir le thème de l'éducation, nous vous invitons à découvrir les ouvrages suivants :


Un avenir pour la jeunesse

Livre de poche
186 pages
 14.00 CHF
  3 CD - L'enfant sa naissance se prépare d'abord dans le plan spirituel

Coffret de 3 CD
 26.00 CHF
 
Le vrai travail de la mère pendant la gestation

Brochure
30 pages
 5.00 CHF


Contes et chansons pour enfants pour aborder en douceur les questions essentielles de la vie :


Des trésors pour la vie (par Claire Chanteperle)

Livre illustré avec CD:
3 contes et 4 chansons
 18.00 CHF
  Rêves d'enfants (par Marie-Louise Delassus)

Livre d'histoires à illustrer soi-même
126 pages
 13.00 CHF
  5 Fables de la Sagesse et de l'Amour (par Claire Chanteperle)

Livre illustré avec 5 contes
62 pages
 15.00 CHF